In English  return to NutsíníBits     Images incorrectes ? Cliquez ici 
 
 
 Usinage d'un obus de Karl avec mon tour et ma fraiseuse Sherline  
Comme toujours quand je commence un projet, la première étape est de dessiner la pièce que je veux usiner. Cela me donne une idée du volume, des difficultées et chose plus importante je peux ajuster les diverses dimensions pour qu'elles correspondent à mon outillage. Dessiner n'importe quel trou est facile, mais pour le percer j'ai besoin d'une mèche qui corresponde au dessin. Et la plupart du temps, ajuster une dimension implique d'en ajuster beaucoup d'autres, pour conserver le plus possible les proportions d'origine.  
Voici les documents que j'utilise typiquement pour un projet tel que celui-ci: 
 
 
Beaucoup de copies agrandies, des plans et des dessins fait main. 
 
Les dessins que je fais habituellement ressemblent à ceux-ci: 
   
Bien sur, j'utilise mon petit GridOmatic pour le papier millimétré, il a été écrit uniquement dans ce but en fait, et j'espère qu'il est maintenant utile à d'autres. 
 
 
Il est évident sur ce plan original d'un obus de Karl 60cm qu'il est fabriqué en 3 parties séparées. La base, une partie centrale et une pointe en forme d'ogive aérodynamique. Donc, l'obus sera usiné tout naturellement en 3 parties. Pourquoi simuler un joint quand on peut le faire en vrai ? 
Et maintenant, il est temps d'usiner ! 
 
 
Tout d'abord, la partie centrale de l'obus. L'extrémité près de la pointe doit être arrondie, mais pour l'instant c'est juste un simple cylindre. 
 
 
Après avoir usiné les détails, on le sépare de la barre d'aluminium brute en utilisant un outil adéquat. Le résultat est un tube percé, dont les détails extérieurs sont ceux du plan d'origine. 
 
 
Maintenant, la pointe. D'abors, une forme grossière est tournée, en suivant la coupe en escalier planifiée sur le dessin. 
 
 
La pièce est séparée, et retournée pour pouvoir être percée et taraudée dans sa base. 
 
 
Ensuite, retour à la position d'origine, et séparation de la base. 
 
 
En utilisant un petit montage pour tenir le cylindre, et avec un boulon au travers et vissé dans la pointe, l'obus est fixé sur le tour... 
 
 
... et limé puis poli jusqu'à ce que la courbure ideale soit atteinte. Notez que j'ai formé et arrondi à ce stage le bout de la pièce centrale qui était à l'origine un symple cylindre. C'est pour ça que le joint est si parfait ! J'ai triché !! 
 
 
La partie centrale et la pointe sont faites. Pour atteindre la courbure parfaite, de nombreux aller et retour entre le tour et le scanner furent nécessaire, pour comparer le dessin original et un scan de l'obus en cours de travail.  
 
 
Maintenant la base. Tout d'abord, une coupe tout simple est formée à partir d'une barre.  
 
 
La coupe est ensuite percée et taraudée. 
 
 
Des trous sont percés autour... une règle à se rappeler : La mèche dont on a besoin est toujours celle cassée la veille. 
 
 
De petits détails sont ajoutés avec une fraise. Une autre règle : Quel que soit le nombre de fraises différentes que l'on possède, la fraise adéquate est toujours manquante.  
 
 
Et la coupe est finalement séparée de la barre. 
 
 
Enfin, la dernière étape est ce dessin particulier sur la base en forme de fleur. Un disque du bon diamètre et formé... 
 
 
Et les détails sont ajoutés, en utilisant une petite fraise, la table tournante, et des mouvements soigneusement planifiés. Maintenant je comprend pourquoi j'ai appris la trigonométrie à l'école !! Ce disque est ensuite séparé de la base, et inséré dans la coupe.  
 
  
Le résultat final. Tout ce qui me reste à vérifier est la conformité de mon modèle réduit avec le vrai.  
A propos, la longueur hors tout est de 72mm (2"7/8) diamètre de 17mm (11/16"). A l'échelle réelle, une imposante longueur de 251cm (8'3"), diamètre de 60cm (23"5/8) ! 
 
 
Tout d'abord, j'ai comparé avec le plan original. Vous pouvez voir au centre mon propre obus, et en bas l'obus en aluminium fourni avec le Kit Dragon. Voyez comme l'avant est beaucoup trop pointu ? Et bien sur, la base est absolument plate, sans aucun détails, pas de trous, de dessin en forme de fleur, rien. 
 
Ensuite, j'ai utilisé quelques photographies pour comparer le vrai obus et mon modèle, en essayant de positionner un angle photographique presque identique... pas aussi facile que l'on croit ! 
 
 
 
 
Assez proche, non ?